subscribe
Escalade à Montréal
escalade de roche

La fatigue musculaire est une émotion!

La fatigue musculaire et l’escalade c’est psychologique!

Vous avez certainement déjà ressentie de la fatigue musculaire. En escalade, vous aviez beau vouloir continuer et grimper davantage, vos bras ne répondaient plus avec autant de force et de rapidité. Dans notre jargon, nous disons que nos bras sont «pompés»! Comment expliquer ce phénomène?

Plusieurs d’entre vous diriez que c’est la faute de l’acide lactique, car depuis 1923 et encore à ce jour, dans les livres de référence, c’est ce qui nous est enseigné! Selon cette théorie, lors d’une activité physique, la fatigue musculaire apparaît lorsque le cœur atteint sa limite de pompage, et cela limite l’augmentation d’apport en oxygène dans les muscles actifs, et cela entraîne un manque d’oxygène dans les muscles, et c’est à ce moment que l’acide lactique est produit. Avec cette logique, le taux d’acide lactique augmente graduellement en concentration au cours de l’exercice.

Cette théorie n’est pas cohérente avec le fait que les athlètes puissent faire un sprint à la fin de l’exercice et que les athlètes performent mieux en compétition que lors de l’entrainement !!!

Depuis 2003, les équipes de recherches découvrent que la fatigue musculaire est déclenchée par le cerveau! La fatigue musculaire n’est qu’une émotion! Alors, lorsque nos muscles sont «pompés», ce n’est pas les muscles qui n’en peuvent plus, c’est notre cerveau qui nous commande d’arrêter avant de créer des dommages musculaires. Par exemples, être motivé, être confiant, faire sa séquence superstitieuse, écouter de la musique, connaitre le parcours et se rincer la bouche avec des carbohydrates améliorent les performances en activant certaines régions du cerveau qui retardent le message de fatigue musculaire.

Il est vrai de dire que certains facteurs physiologiques puissent réduire l’endurance, mais en 2010, aucune molécule responsable de la fatigue dans les muscles n’était clairement identifiée, l’acide lactique ayant été acquitté de sa responsabilité dans la fatigue musculaire.

L’émotion de la fatigue musculaire induisant l’arrêt de l’activité avant que les débalancements homéostasiques s’engendrent dans les cellules, il est possible que les éléments physiologiques reconnus pour provoquer de la fatigue musculaire tels que le manque de calcium, de créatine phosphate, d’oxygène ou de nutriments dans un muscle ne se produisent pas.

Prochaine fois que vos bras sont «pompés», parlez à votre tête, il est fort probable que vous puissiez améliorer vos performances. Pensez à recruter les 40% de muscles que vous n’utilisez même pas!!!

Références :

1- Fatigue is a Brain-Derived Emotion that Regulates the Exercise Behavior to Ensure the Protection of Whole Body Homeostasis. Noakes TD. Front Physiol. 2012;3:82. Epub 2012 Apr 11.

2- Principes d’anatomie et de physiologie. 2e édition. Tortora GJ et Derrickson B. 2007. ERPI.

 monitrice escalade roche centre escalade attitude montagne

 Par:  Caroline Aubé

 Monitrice d’escalade Attitude Montagne, enseignante en biologie.

4 commentaires to “La fatigue musculaire est une émotion!”

  1. Super intéressant !!! 🙂

    • il faut croire que le psychologique joue un grand rôle dans le sport!

  2. Moi je dit il faut se reposée quand on est fatigué point